Salon du livre et des littératures sportives 25 ET 26 NOVEMBRE 2016

Pôle culturel et sportif du Bois fleuri - entrée libre

l'Edito

Jean Touzeau

Le mot de Jean Touzeau, Maire de Lormont

Les Foulées littéraires sont à l’image du sport une affaire de passion, d’engagement et de volonté. C’est aussi une recherche permanente d'originalité, de pertinence et d’excellence pour un projet qui trouve peu à peu sa place parmi les manifestations littéraires et sportives pérennes, en Aquitaine et sur le territoire français. J’en veux pour preuve, le contact spontané d’Astrid Guyart en décembre dernier à partir duquel, progressivement s’est dessiné le programme «Femmes olympiques, flamme olympique» de 2016.

Astrid Guyart, notre invitée d’honneur, symbolise cette excellence du sport français, du sport féminin français et de la femme du 21e siècle. Avec Aya Cissoko, et nos autres invité(e)s, nous mettons à l’honneur ces destinées exceptionnelles, témoins de notre époque, pour faire du sport et de la littérature des outils de changement social.

Ce débat autour de la place des femmes dans notre société ne sera fructueux que si la société civile s’en empare pleinement, dans toutes ses composantes. C’est pourquoi, cette année particulièrement, je souligne le rôle d’appui, d’accompagnement et d’impulsion important de la DRAC, de l’Éducation Nationale, du CDOS, de la Région, du Département, de Bordeaux Métropole, mais aussi des partenaires privés, dans cette édition.

Historiquement, le sport est un concept et un espace créé par et pour l'homme. Jean Durry, éminente personnalité et historien du sport nous fait l’honneur d’ouvrir ces Foulées littéraires par une rencontre montrant que le sport, vecteur de l'émancipation féminine, est un « phénomène social global », une contribution culturelle à l’Histoire de l’humanité.

Nous la défendrons avec force durant ces deux journées grâce au soutien des éditeurs, des libraires, des auteurs et des sportifs. N’oublions pas tous ceux qui contribuent à donner du sens à cette initiative lormontaise, à commencer par les plus jeunes, impliqués très en amont de la manifestation.

Je souhaite qu’à travers ces Foulées littéraires, l’esprit sportif infuse notre société et que la pratique sportive continue à favoriser la création littéraire, du romanesque des livres policiers en passant par les collections pour la jeunesse, la bande dessinée, les essais ou toute autre forme d’écriture.

Bonnes Foulées...